Votre navigateur est obsolète !

Pour une expériencenet et une sécurité optimale, mettez à jour votre navigateur. Mettre à jour maintenant

×

Pascal KOEBERLE

Pascal KOEBERLE

Maître de conférences | Analyses des coûts et stratégies des décisions de la PME

Contrôle de gestion
Pilotage de la performance
Analyse des coûts
Diagnostic général de la PME
Recherche-action
Ouvert aux opportunités
L'esprit de l'analyse des coûts est de rechercher en permanence les moyens de faire prendre les bonnes décisions pour créer de la valeur au moindre coût.

Animé aujourd'hui par la vocation universitaire, je reste très attaché depuis mes débuts professionnels à diffuser auprès des PME artisanales et industrielles les techniques du contrôle des coûts qui découlent de cet état d'esprit. L'objectif est d'identifier leurs zones de performance et de non-performance, pour contribuer à l'amélioration continue de leurs procédés et de leurs résultats. J'apporte également une expertise financière afin d'informer sur les conséquences des décisions envisagées sur les grands équilibres financiers de l'entreprise, qui interviennent dans la qualité de la relation bancaire.

Mes interventions permettent aux chefs d'entreprise de bénéficier sans engagement du regard extérieur d'un contrôleur de gestion, et de découvrir ce que cet agent de l'efficacité opérationnelle et financière peut leur apporter. Mon rôle peut être ponctuel ou s'inscrire dans la durée.
Pascal Koeberlé et François Geoffroy, « Les décisions publiques au carrefour des influences », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 16 | 2019
Quelles réactions face à un projet de changement ? Notre dernier article (avec François Geoffroy), paru dans la Revue Française des Sciences de l'Information et de la Communication, se concentre sur le cas d'une commune rurale visée pour l'implantation d'un village de vacances. Les comportements des individus et des groupes, que nous avons analysés, peuvent être d'autant mieux anticipés et gérés qu'ils sont compris et acceptés comme des réactions légitimes. Les managers, porteurs des projets, sont aussi chargés de la délicate mission de fédérer des attentes souvent contradictoires, et de canaliser les énergies en préservant les motivations individuelles. Avec leurs propres fragilités.
Au-delà du sens commun, le dirigeant dirige-t-il vraiment l'entreprise ? Les décisions qu'il arrête ne sont-elles pas co-construites avec des parties prenantes de plus en plus influentes (actionnaires, clients, salariés, prêteurs, élus...) ?

Cette question est d'importance. Les dirigeants sont souvent les seuls à qui l'on demande des comptes concernant la gestion de l'entreprise. Si les décisions ne sont pas vraiment les leurs, cette situation est-elle juste ? Cette introduction générale de ma thèse de doctorat, élabore cette réflexion et invite à s'interroger : qui pilote l'organisation "polyphonique" ?
Communication du 07/11/2017, CRIISEA, Université de Picardie Jules Verne, Amiens.
Date de création
07 nov. 2017
Les projets d’implantation sont exposés à des risques de refus. La littérature identifie 10 principes de communication d’acceptabilité, mais leur ancrage théorique a été peu discuté, ce qui limite leur portée. Cet article montre que ces 10 principes sont bel et bien des implications pratiques de l’approche « constitutive » de la communication. Il contribue à la connaissance des ressources communicationnelles de légitimation des projets d’implantation.

Pour citer cet article :
Koeberlé P. & Geoffroy F. (2015), "Communiquer pour protéger les projets d’implantation des risques de refus", Management & Avenir, 7/2015 (N° 81), p. 185-207
Thèse de doctorat. | Issuu is a digital publishing platform that makes it simple to publish magazines, catalogs, newspapers, books, and more online. Easily share your publications and get them in front of Issuu's millions of monthly readers.
Cette thèse de doctorat examine les discours suscités par un projet de création d'un parc de loisirs dans une commune rurale française, qui ont finalement abouti à l'abandon du projet. Elle souligne que la stratégie d'une organisation (ici, celle de la commune) est conditionnée par des influences internes et externes qui s'avèrent extrêmement opaques. Si ces influences sont déjà difficiles à décrypter dans le contexte de cette organisation de très petite taille, qu'en est-il dans des structures plus conséquentes ?

Cette commune rurale fait alors office de cas "révélateur", justifiant de poser beaucoup plus largement des questions essentielles :
Qui dirige vraiment l'organisation ?
Qui "fait" réellement la stratégie ?
Quels intérêts les organisations servent-elles effectivement à travers leur stratégie ?

Cette thèse soulève des questionnements essentiels, qui sont au coeur d'évolutions sociétales et de préoccupations pour le devenir de notre planète et de nos modes de vie.
"Si la communication est organisationnelle, ce n'est pas parce qu'elle se déroule dans les organisations, mais plutôt parce qu'elle organise les activités et les interprétations de plusieurs personnes en une forme reconnaissable, et qu'elle maintient ou modifie cette forme pour permettre une action collective. Étudier la communication organisationnelle, c'est donc étudier les processus sociaux qui créent et maintiennent les structures dominantes de notre société".

Traduction en français de la vidéo "What is organizational communication?" développée par Matt Koschmanm (Université de Colorado, Boulder).
Cette traduction a été rendue possible par le soutien financier de la Faculté de communication de l'UQAM.
Voix et coordination de la traduction: Consuelo Vasquez; édition: Émilie Pelletier et Sophie Del Fa; montage et post-production: Sylvain Arsenault.
Montréal juillet 2017