Votre navigateur est obsolète !

Pour une expériencenet et une sécurité optimale, mettez à jour votre navigateur. Mettre à jour maintenant

×

Pascal KOEBERLE Ph.D

Maître de conférences en comportement organisationnel

Pascal KOEBERLE Ph.D
Situation professionnelle
En poste
Ouvert aux opportunités
Présentation
"La meilleure stratégie est vouée à l'échec si aucune armée n'est prête à la suivre".

Il est rare qu'un manager réussisse durablement en ne se fiant qu'à son instinct du leadership, sans formation, coaching ou mentoring. Je me suis donné pour mission de contribuer à une meilleure connaissance du comportement organisationnel, et à la transmission de cette connaissance aux (futurs) managers. A leur tour, ils l'utiliseront pour faire de l'entreprise un lieu de savoir, de partage et de bienveillance, conscients qu'il s'agit de trois piliers de la performance durable.

La recherche en comportement organisationnel vise à analyser et comprendre le comportement des individus et des groupes dans le contexte particulier des organisations. Cette connaissance est un atout pour le management dans - et de - l'organisation.

Un management inadapté crée du turn-over, aggrave les conflits interpersonnels et, plus globalement, risque d'empêcher l'organisation d'atteindre ses objectifs. Il génère donc un mal-être (y compris pour le manager lui-même) qui, à son tour, menace la compétitivité et la pérennité de l'organisation.

Ces problématiques se matérialisent depuis quelques années en entreprise, avec l'apparition de nouveaux métiers : "chief happiness officer", "chief engagement officer"... Le message porté par la recherche en comportement organisationnel est de mieux en mieux compris. Et si les profils réellement sensibilisés aux RH et à la communication aujourd'hui, constituaient le vivier des managers bienveillants de demain ?
Description
Au-delà du sens commun, le dirigeant dirige-t-il vraiment l'entreprise ? Les décisions qu'il arrête ne sont-elles pas co-construites avec des parties prenantes de plus en plus influentes (actionnaires, clients, salariés, prêteurs, élus...) ?

Cette question est d'importance. Les dirigeants sont souvent les seuls à qui l'on demande des comptes concernant la gestion de l'entreprise. Si les décisions ne sont pas vraiment les leurs, cette situation est-elle juste ? Cette introduction générale de ma thèse de doctorat, élabore cette réflexion et invite à s'interroger : qui pilote l'organisation "polyphonique" ?