Votre navigateur est obsolète !

Pour une expériencenet et une sécurité optimale, mettez à jour votre navigateur. Mettre à jour maintenant

×

Pascal KOEBERLE

Maître de conférences en sciences de gestion | Stratégie, management, comportement organisationnel

Pascal KOEBERLE
Situation professionnelle
En poste
Ouvert aux opportunités
Présentation
POURQUOI VOS COLLABORATEURS N'ONT-ILS PLUS "LA NIAQUE" ?!

Les organisations se composent de personnes humaines. Il existe bien des méthodes "scientifiques" de gestion ; mais pour manager au quotidien, c'est un atout de comprendre comment les individus et les groupes fonctionnent. C'est justement ce que la recherche en "comportement organisationnel" étudie.

C'est bien admis dans les milieux sportifs : un coaching inadapté crée du mécontentement, aggrave les conflits interpersonnels et, finalement, empêche le manager et l'organisation d'atteindre ses objectifs. Le mal-être qui s'installe (y compris pour le manager lui-même) consume inutilement les énergies et fragilise le collectif.

Ces problématiques se matérialisent depuis quelques années en entreprise. De nouveaux métiers apparaissent : "chief happiness officer", "chief engagement officer"...
Description
Pascal Koeberlé et François Geoffroy, « Les décisions publiques au carrefour des influences », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 16 | 2019
--
Quelles réactions face à un projet de changement ? Notre dernier article (avec François Geoffroy), paru dans la Revue Française des Sciences de l'Information et de la Communication, se concentre sur le cas d'une commune rurale visée pour l'implantation d'un village de vacances. Les comportements des individus et des groupes, que nous avons analysés, peuvent être d'autant mieux anticipés et gérés qu'ils sont compris et acceptés comme des réactions légitimes. Les managers, porteurs des projets, sont aussi chargés de la délicate mission de fédérer des attentes souvent contradictoires, et de canaliser les énergies en préservant les motivations individuelles. Avec leurs propres fragilités.